Jane Eyre de Charlotte Brontë

Jane Eyre par BrontëNote : 3/5

Pages : 750 pages

Édition : Archipoche

4ème de couverture :

Orpheline, Jane Eyre est recueillie à contrecœur par une tante qui la traite durement et dont les enfants rudoient leur cousine. Placée dans un orphelinat, elle y reste jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Elle devient alors institutrice dans une famille et tombe passionnément amoureuse du père de ses élèves. Un amour partagé, auquel elle résistera d’abord, découvrant avec horreur l’existence de la première femme de Rochester, enfermée pour folie par son mari.

Ma critique :

Je suis un peu ennuyée pour critiquer ce livre. Je vois que la plupart des critiques sur Babelio encensent ce livre. Mais, après tout, on ne peut pas plaire à tout le monde. J’ai repoussé à de multiples reprises la lecture de roman très connu. Je m’attendais à beaucoup de choses, peut-être un peu trop ; une histoire d’amour à la mode de Jane Austen, je m’attendais à être transportée par cette lecture et en même temps, je m’attendais à une lecture difficile.

Premier constat, la lecture est facile. L’écriture est moins agréable d’un roman de Jane Austen mais on retrouve l’ambiance de l’Angleterre du 19ème siècle. Je suis rentrée dans l’intrigue très facilement.

******ATTENTION ! SPOILER*******

MAIS, deuxième constat, où est l’histoire d’amour ??? Je compare sûrement à tort cette histoire avec celle de « orgueils et préjugés » mais ce M. Rochester est loin d’être quelqu’un de romantique ! Se déguiser en bohémienne pour avoir les sentiments de Jane, inviter Miss Ingram pour rendre Jane jalouse et dire à tout le monde qu’il va se marier avec Miss Ingram pour que Jane se révolte, moi, ça ne me fait pas rêver. A un certain moment de l’histoire, je me suis même dit qu’elle devait absolument partir, il n’y a pas une seule personne atteinte de folie dans cette maison mais deux. D’ailleurs, lorsqu’elle quitte la maison de Mr Rochester, je me suis dit, voyant les pages défilées qu’on ne le reverrait plus. Et puis, au final…

Je tiens quand même à préciser que j’ai été transportée par ce livre dans les chapitres évoquant l’enfance de Jane Eyre et de son passage chez Mr Rochester. La suite m’a beaucoup ennuyée et la fin m’a parue rocambolesque.

J’ai néanmoins regardé des extraits de la série disponibles sur Internet. Il y a quelques petites différences qu’un film ne pouvait représenter, comme la scène de la bohémienne par exemple…Je n’ai pas eu le courage de regarder jusqu’au bout les épisodes.