Le droit de savoir de Edwy Plenel

Note : 3/5

Pages : 166

Édition : Don Quichotte

Première publication : 2013

4ème de couverture :

S’agissant des affaires publiques, la publicité doit être la règle et le secret l’exception. Rendre public ce qui est d’intérêt public est toujours légitime. Tout document qui concerne le sort des peuples, des nations et des sociétés mérite d’être connu de tous afin que chacun puisse juger sur pièces, choisir pour agir, influer sur la politique des gouvernements. Si, en démocratie, le peuple est souverain, alors la politique menée en son nom ne saurait être l’apanage d’experts et de spécialistes, d’élites et de professionnels, seuls destinataires des informations légitimes, et agissant comme des propriétaires privés d’un bien public. Preuve en est la diabolisation par les puissants de la « transparence » notamment revendiquée par Mediapart, comme si le journal réclamait un droit inquisitorial à percer les secrets alors que, au contraire, ses curiosités n’ont jamais porté que sur des sujets d’intérêt public (Karachi, Bettencourt, Kadhafi…).
Ma critique :

Ce livre a été publié en 2013 c’est-à-dire après l’affaire Cahuzac dont Médiapart a découvert le pot-au-rose. Le journal a été critiqué jusqu’à ce que le ministre avoue. Ainsi, il veut rendre sa légitimité au journalisme : les scandales soulevés par Médiapart ont vocation non seulement à dire la vérité mais aussi à redonner une moralité à la politique : les écarts des politiques se doivent d’être connus et pointés du doigt pour les rendre marginaux et non plus une normalité.

De plus, le droit de savoir est un droit des citoyens reconnu juridiquement et trouve son fondement sur la déclaration des droits de l’homme entre autre. Le citoyen se doit d’être informé pour pouvoir voter en connaissance de cause.

Edwy Plenel débat longuement sur le fait que ceux qui nous gouvernent ne doivent plus être les seuls à détenir toutes les informations. La révolution numérique a permis aux citoyens de faire partie du débat et les politiques doivent maintenant s’adapter à ce nouveau média pour communiquer.

Bref, c’est un livre qui vante les mérites du journalisme. C’est réussi pour ma part.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s