Journal : Tome 1, 22 août 1937-10 juin 1940 de Galeazzo Ciano

Afficher l'image d'origine

Note : 3/5

Pages : 568

Édition : Presse universitaire du midi

Première publication : 2015

4ème de couverture :

Edition critique de ce premier volume du journal de G. Ciano. Gendre de Mussolini et ministre des Affaires étrangères de 1936 à 1943, il favorise le rapprochement avec l’Allemagne nazie puis regrette cette alliance unilatérale. Renvoyé de ses fonctions après la défaite de Stalingrad, il participe au renversement du Duce en 1943 mais est arrêté et exécuté. Un témoignage sur l’Italie fasciste.

Ma critique :

Avant tout, je tiens à remercier les éditions « Presse universitaire du midi » et Babelio pour ce livre que j’ai reçu dans le cadre de masse critique.

J’avais choisi ce livre car j’apprécie l’histoire avec un grand H et plus particulièrement celle du début du 20ème siècle. Je suis beaucoup plus férue de l’histoire de la seconde guerre mondiale côté français et allemand. L’histoire de l’Italie m’est quasi-inconnue. Recevoir ce livre m’enthousiasmait car j’allais pouvoir comprende un peu mieux l’histoire européenne, vu par le ministre des affaires étrangères de l’Italie entre 1937 et 1940 à savoir Galeazzo Ciano.

L’introduction m’a été d’une grande aide pour resituer le contexte. Sur une vingtaine de pages, on comprend que Galeazzo Ciano, en plus d’avoir une bonne situation politique, est également le gendre du Duce. Le journal a été publié en 1946 à la demande de sa femme. Il a d’ailleurs été utilisé pour le procès de Nuremberg, pour l’accusation du ministre des affaires étrangères allemand Ribbentrop. Certains historiens doutent d’ailleurs de l’authenticité du journal : Galeazzo Ciano a été fait prisonnier et exécuté par les nazis en janvier 1944. Il aurait « retravaillé » son journal à ce moment-là, pour entre autre servir de témoignage contre les Allemands.

Je n’ai pas énormément de connaissances historiques. La lecture de ce journal a été très difficile pour ma part. Le journal a déjà été publié en France mais Philippe Foro, maître de conférence de l’université de Toulouse a décidé de le republier en ajoutant des indications de contexte (avis des personnes présentes lors d’entrevue en s’appuyant sur leurs propres journaux intimes,…).
Il ne s’agit en fait que de rapides comptes-rendus d’entrevue avec des hautes personnalités de l’époque. En dehors de son admiration sans borne pour le Duce et des nouvelles de son père, rien ne transparaît sur les sentiments quelconques du ministre. Il faut néanmoins préciser que d’un jour à l’autre, il parle d’envoyer des avions à Franco et le lendemain qu’il a été à la plage avec ses enfants. Dans un premier temps, c’est assez surprenant et on finit par comprendre que l’auteur a sûrement dû écrire les phrases sans se soucier de l’effet que cela pouvait produire sur les lecteurs. C’est d’autant plus surprenant que le premier jour du journal, il annonce clairement son intention d’écrire ce manuscrit pour être lu.

Le livre est intéressant pour comprendre l’envers du décor sur les stratégies des différents pays dans ces années-là. Heureusement, à la fin du livre, un index des différentes personnes évoquées par Ciano est présent et indique leur rôle.

Livre intéressant donc, mais il faut avoir un minimum de connaissances historiques pour l’apprécier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s