Rencontre Babelio de Christian Carayon

J’ai eu la chance d’être sélectionnée pour aller à la rencontre de Christian Carayon organisée par Babelio le 17 mars 2016 à l’occasion de la sortie de son troisième roman « Un souffle, une ombre ». Pour moi, ça a été un véritable coup de cœur. J’ai adoré ce livre car il m’a emportée du début jusqu’à la fin. Pour lire ma critique entière, c’est par ici.

Pour information, la quatrième de couverture :

Été 1980. Le lac de Basse-Misère, dans le sud du Massif central. Un groupe d’adolescents de bonne famille est massacré sur l’îlot où il était parti camper, en marge de la fête du club nautique local. Dans toute la région, l’onde est sismique. Comme un point de bascule irréversible, qui signe la fin d’une époque d’insouciance, et le début du déclin de la vallée.
À Valdérieu, principale agglomération du pays, quelque chose s’est brisé pour toujours.
Trente-quatre ans plus tard, le meurtrier supposé croupit derrière les barreaux. Mais à l’université de Toulouse, le chercheur en histoire Marc-Édouard Peiresoles ne croit pas en sa culpabilité.
Originaire de Valdérieu, et témoin impuissant du cataclysme alors qu’il n’était que collégien, il décide de retourner sur place, et de reprendre toute l’enquête. Comme on replonge dans ses propres traumatismes. Comme on lève le voile sur trois décennies de non-dits, en grattant le vernis d’une communauté beaucoup moins lisse qu’il n’y paraît. Derrière les fantômes des adolescents disparus, c’est bientôt le lac de Basse-Misère qui se réveille, tel un prédateur endormi. Déjà prêt à engloutir ses prochaines victimes…

L’auteur a pu nous parler de différents aspects du livre, que je restitue modestement ici.

Tout d’abord, il faut savoir que l’auteur est professeur d’histoire tout comme le personnage principal de l’histoire. La seule différence est que l’auteur travaille dans un lycée, tandis que le personnage travaille dans une université.

Pour son roman, Christian Carayon est parti d’un lieu qui existe vraiment. Le lac existe, le village existe, le club nautique et le ponton également, même si quelques modifications liées au besoin de l’histoire ont été nécessaires. Il s’est d’ailleurs inspiré d’un groupe de jeunes qui est parti en canoë sur ce fameux lac, vers un petit ilot et s’est dit qu’il ne fallait pas qu’ils leurs arrivent quelque chose.

A partir de là, il a esquissé ensuite les différents personnages.  Ils ont été largement inspirés de personnes qu’il a rencontré dans la vraie vie : étudiante, collègues, …

Ce qui est étonnant, c’est qu’en commençant l’histoire, il ne savait pas comment elle allait se finir. Ce n’est qu’en continuant d’écrire que la fin lui est venue.

En tout et pour tout, 9 mois de travail lui ont été nécessaire. Il pensait d’ailleurs ne plus écrire après ce roman, et puis finalement, 6 mois après, il s’est remis à écrire. Son quatrième roman est en route. Une bonne nouvelle !

Je remercie une nouvelle fois Babelio pour cette rencontre ainsi que la maison d’édition Fleuve Noir.

Publicités

3 réflexions sur “Rencontre Babelio de Christian Carayon

  1. Ping : C’est lundi, que lisez-vous ? #13 | Le temps de la lecture

  2. Ping : Bilan du mois de Mars 2016 | Le temps de la lecture

  3. Ping : Le diable sur les épaules de Christian Carayon | Le temps de la lecture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s