Le Paris de Hugo de Nicole Savy

Le Paris de Hugo par SavyNote :  4/5

Pages : 125

Édition : Alexandrines

Publication en France : 2016

Ma critique :

Je tiens dans un premier temps à remercier Babelio et les éditions Alexandrines pour l’envoi de ce livre dans la cadre de la masse critique Babelio.

J’ai été très contente de recevoir ce livre car, coïncidence ou pas, je m’étais lancée dans la lecture de Notre-Dame de Paris pour le book club du mois de mai de livraddict. Ce qui fait que ce mois fut un mois spécial Victor Hugo.

Pour être complètement honnête, j’ai dû lire durant ma période scolaire un ou deux textes sur les Misérables, ou j’ai dû sûrement apprendre par cœur l’un de ses poèmes. A vrai dire, c’est tout ce qu’il me reste de ma culture sur cet auteur. C’est dire comme je pars de très loin.

Le livre aborde la vie de l’auteur par plusieurs chapitres représentés par des verbes : mourir, habiter, conserver, jouer, marcher, écrire, penser, siéger, combattre, aimer et croire.

On apprend beaucoup de choses sur ses promenades, sa vie amoureuse, sa vie d’écrivain, sa vie de famille, de député. On en sait un peu plus sur sa vie. Je pensais néanmoins qu’en lisant ce livre, j’allais avoir un guide du routard de Paris à travers Victor Hugo. En fait, il s’agit plutôt d’une biographie de Victor Hugo avec des situations géographiques très précises. J’ai apprécié aussi de connaître un peu plus l’histoire de Paris à l’époque de Hugo, ce qu’il a fait au moment de la Commune, … Il y a de nombreuses anecdotes intéressantes : pourquoi on appelle de la foire du trône ainsi, pourquoi Victor Hugo nous parle de la statue de la bastille qui n’a jamais existé dans les Misérables, …

La lecture de ce livre m’a beaucoup aidée lorsque j’ai visité la maison de Victor Hugo place des Vosges lors de la nuit des musées. En m’y rendant, je suis tombée sur une façade dont parlait Nicole Savy dans le livre. Cette façade était surmontée d’une sculpture à l’effigie de Victor Hugo. Je savais également grâce au livre que Victor Hugo écrivait debout et j’ai vu l’écritoire dans le musée.

Ce qui m’a intéressé également, c’est qu’on a plein d’anecdotes sur le travail de Victor Hugo notamment sur ses pièces de théâtre, les Misérables,…  Ce que je regrette, c’est que moi-même n’ayant pas lu (avec regret) les Misérables, c’est que Nicole Savy révèle la fin de l’histoire. Il est vrai que, comme pour Notre-Dame de Paris, on a tous un peu l’impression de connaître l’histoire dans ses grandes lignes. Seulement, à part avoir vu dans ma jeunesse le téléfilm avec Gérard Depardieu des Misérables, je ne me souviens pas du tout de la véritable histoire et encore moins de la fin. Maintenant, je vais tâcher d’oublier ce que j’ai lu afin de pouvoir me concentrer sur les achats que j’ai fait à la fin de ma visite de la maison de Victor Hugo.

En bref, même si j’ai été surprise que l’auteure ne parlais que très peu au final de Notre-Dame de Parus, ce fut une bonne lecture. Ne connaissant rien à cet auteur, encore moins de son œuvre, c’est un bon premier pas dans la découverte hugolienne. Je reste néanmoins persuadée qu’il faut connaître la ville de Paris pour en apprécier la lecture, ou tout au moins, il faut se faire un itinéraire personnalisé des adresses principales indiquées pour faire la découverte de la ville autrement. Why not ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s