Bilan du mois de novembre

Bonjour,

C’est l’heure du bilan du mois de novembre qui fut riche en découverte avec un total de 11 lectures. Je suis déjà très contente d’avoir pu lire autant. J’ai d’ailleurs trouvé 3 perles ce mois-ci.

Je commence par …

 Mes déceptions

Une famille trop parfaite par Abbott

Une famille trop parfaite de Rachel Abbott

Afficher l'image d'origine

Le cas étrange du Dr Jekyll et de M. Hyde de Stevenson

True crime, tome 2 : Sexe et passions fatales par Ploquin

True crime tome 2 – Collectif

Mes bonnes lectures

1507-1

Mémé dans les orties de Aurélie Valognes

Amélia de Kimberley McCreight

Je suis une merde et je compte bien le rester de Rebecca Niazi-Shahabi

Mes très bonnes lectures

Afficher l'image d'origine

Antigone de Sophocle

Les Jumelles par Douglas

Les jumelles de Claire Douglas

Mes coups de cœur

Afficher l'image d'origine

Marius de Marcel Pagnol

Promenez-vous dans les bois de Ruth Ware

La nouvelle vie de Paul Sneijder de Jean-Paul Dubois

Et vous, qu’avez-vous lu ce mois-ci ?

 

Publicités

Marius de Marcel Pagnol

Afficher l'image d'origine

Note : 5/5

Pages : 187

Éditions : Editions de Fallois

Publication en France : 1929

Ma critique :

Une pièce indémodable s’il n’y avait pas ces a priori sur la relation entre Fanny et Marius. César, le patriarche, râleur mais attachant, Marius, malin et rêveur, et Fanny, amoureuse et indécise, ces trois personnages sont tout à la fois émouvants et drôles. Avec ces tirades cultes comme « tu me fends le coeur », j’ai passé un très bon moment avec cette pièce de théâtre.

Je retiendrai de ce livre la recette inratable du mandarin-citron-curaçao.

Coup de cœur !!!

C’est lundi, que lisez-vous ? #43

Bonjour,

C’est lundi, et le lundi, on fait le bilan hebdomadaire. Pour s’inscrire, c’est par ICI.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

Une famille trop parfaite par Abbott

Une famille trop parfaite de Rachel Abbott

aux éditions Belfond en partenariat avec Netgalley

1507-1

Mémé dans les orties de Aurélie Valognes

Promenez-vous dans les bois de Ruth Ware

Que suis-je en train de lire ?

Afficher l'image d'origine

Marius de Marcel Pagnol

Qu’est-ce que je lirai par la suite ?

Afficher l'image d'origine

Et vous, que lisez-vous ?

Promenez-vous dans les bois de Ruth Ware

Note : 5/5

Pages : 377

Éditions : Fleuve Noir

Publication en France : 11 février 2016

Ma critique :

Est-ce que revoir ses anciennes amies de jeunesse est une bonne idée après 10 ans sans se parler ? C’est la question que se pose en permanence Nora, qui un beau jour, reçoit un email d’invitation à un enterrement de vie de jeune fille de son ancienne meilleure amie, Clare. Elle finit par accepter et va vite regretter cette décision.

Le groupe d’amies se retrouve dans une maison en verre au sein d’une forêt. Et l’ambiance va vite devenir lourde : des allusions au passé, des reproches, des mauvaises blagues vont faire de ce week-end un cauchemar pour Nora.

Des allers-retours vers ce week-end et vers le présent nous fontt nous poser des questions sur la fin de ce week end : Nora se retrouve à l’hôpital complètement défigurée et couverte de griffures sans savoir pourquoi elle est là et ce qu’il s’est passé dans cette maison.

J’aime beaucoup les histoires où des personnages retrouvent leurs anciens amis. Souvent, ça ne se passe pas comme prévu. Je pense particulièrement au film Peter’s friend qui m’a beaucoup touchée. Ici, dans ce roman, les personnages ont évolué d’une certaine manière mais leur personnalité profonde est restée la même. Chaque personne se retrouve sur le même positionnement que dans les années lycée et c’est ce qui est intéressant. Avoir grandi séparément ne les empêche pas de se remettre à la même place même si Nora, par exemple pensait avoir mûrie.

J’ai beaucoup aimé ce roman. Il est très prenant dès les premières pages et le suspense perdure jusqu’au bout. La fin ne m’a pas vraiment surprise mais le cheminement pour en arriver à cette conclusion m’a convaincue grâce à une intrigue plus que convaincante.

En bref, une très bonne lecture, passionnante, pleine de suspense pour laquelle l’éditeur n’a pas lésiné sur la couverture : on remarque le livre de très loin. C’est un coup de cœur !

Mémé dans les orties de Aurélie Valognes

1507-1

Note : 4/5

Pages : 280

Éditions : Belfond

Publication en France : 2015

Ma critique :

Un conte moderne, un bonbon acidulé, un bon moment de lecture : voilà en quelques mots ce que je peux dire de ce roman.

Le feel-good a la côte en ce moment et j’aime bien entre deux gros pavés lire ce genre de roman. Mémé dans les orties parle de Ferdinand, un grand-père bougon qui n’aime pas les gens et qui finit par être attendri par une petite fille et par sa voisine à qui il n’avait jamais parlé auparavant.

En bref, une fin qui fait sourire malgré un démarrage un peu lent. Une bonne lecture qui fait du bien !

Une famille trop parfaite de Rachel Abbott

Une famille trop parfaite par AbbottNote : 3/5

Pages : 350

Éditions : Belfond

Publication en France : 3 novembre 2016

Ma critique :

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Belfond et Netgalley pour m’avoir permis de lire ce livre.

Ce livre a pour effet d’être très addictif les 100 premières pages : on ne comprend pas ce qui se passe dans cette famille et on a tous les ingrédients pour en faire un page-turner. Seulement, une fois l’intrigue lancée, on se rend bientôt compte qu’il ne se passe pas grand-chose et que le suspense que l’on attendait dure trop longtemps. L’auteure cherche à entretenir le mystère et c’est vite fatigant parce qu’on finit par deviner soi-même la fin, et pour une fois, je n’étais pas si loin que ça de la vérité.

Le thème principal est le harcèlement moral au sein du couple et pour le coup, l’auteure a bien su le retranscrire. Mais, elle reste éloignée du problème et ne rend pas l’histoire crédible. Les explications de la fin ne m’ont pas convaincue du tout.

Je finirais sur une note positive : les courts chapitres m’ont permis de lire rapidement ce roman qui aurait pu être fastidieux à lire, mais qui au final, se lit bien. Dommage que les ficelles soient si visibles.

 

C’est lundi, que lisez-vous ? #42

Bonjour,

C’est lundi, et le lundi, on fait le bilan hebdomadaire. Pour s’inscrire, c’est par ICI.

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

Afficher l'image d'origine

Antigone de Sophocle

Amélia de Kimberley McCreight

-> j’ai mis du temps pour le lire celui-là mais ce fut une assez bonne lecture.

Que suis-je en train de lire ?

Afficher l'image d'origine

Une famille trop parfaite de Rachel Abott

aux éditions Belfond en partenariat avec Netgalley

-> A peine commencé, j’adore déjà. Il est complètement addictif.

Que vais-je lire par la suite ?

Surprise au bout du fil de Elle Casey

aux éditions Amazon Crossing en partenariat avec Netgalley

-> je repousse beaucoup mes lectures qui ne me plaisent pas en ce moment. Ce livre ne fait pas exception. A voir si la suite me fera changer d’avis.

Et vous, que lisez-vous ?

Amélia de Kimberley McCreight

Note : 4/5

Pages : 576

Éditions : Le Livre de Poche

Publication en France : 2016

Ma critique :

Pourquoi Amélia a-t-elle sauté du toit de son lycée ? Que s’est-il passé cette journée-là ? A-t-elle vraiment sauté ? Ce sont les questions que se posent en boucle sa mère, Kate, après avoir appris la mort de sa fille. « Suicide » conclut un peu vite le lycée. Et si ce n’était pas le cas ?

Ce qui m’a gêné dans ce livre au premier abord, c’est le manque de rythme au départ. J’ai eu du mal à avoir de l’empathie pour sa mère. Je ne comprenais pas qui elle était et où elle voulait en venir. Et puis, les premiers textos qu’elle reçoit ont fait un peu bouger les choses et on entre dans le monde d’Amélia. Et on peut dire qu’il est loin d’être aussi simple qu’on pouvait le croire.

J’ai adoré me faire balader tout au long de ce roman. Les multiples rebondissements m’ont bien surprise et la fin n’était pas devinable. Enfin pour ma part, je ne l’avais pas deviné, et c’est pour moi un grand atout.

Ce livre est finalement triste. Amélia est très attachante et on a envie de la protéger des autres.

En bref, une bonne réussite pour ma part, malgré un début peu engageant.