Rebecca de Daphné du Maurier

https://i2.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/51b5T5NGiRL._SX195_.jpgLE LIVRE

Note : 5/5

Pages : 633

Éditions : Le Livre de Poche

Publication en France : 1938

Ma critique :

Quoi de mieux que de commencer l’année avec un classique efficace et passionnant ? J’ai enfin réussi à trouver un moment pour lire un roman de Daphné du Maurier et je n’ai aucun regret.

Rebecca est l’ancienne femme de Maxim. Elle est décédée lors d’un accident de bateau et depuis, le manoir Manderley est comme hantée par son souvenir. Les domestiques l’appellent Mme de Winter malgré le fait que Maxim se soit pourtant remarié depuis.

L’auteur ne nous donne pas vraiment beaucoup d’élément en faveur de la nouvelle femme de Maxim : on ne connaît même pas son prénom. Toute la première partie du roman, elle est effacée et n’arrive pas à s’imposer face à son propre mari, ni auprès des domestiques. On a d’ailleurs du mal à croire au couple des Winter au départ.

La force de ce roman est le mystère conservé de bout en bout et le fait que l’on est un peu comme la nouvelle femme de Winter : on est dans le doute constamment. Il faut dire qu’elle ne cherche pas à savoir ce qui s’est passé dans cette maison du temps de Rebecca et qu’elle ne veut pas le savoir de peur d’être comparée à elle.

En bref, une très belle découverte que ce roman. Je compte bien continuer à découvrir des romans de cette auteure.

L’AUTEUR

Auteur : Daphné du Maurier

Date de naissance : 13 mai 1907

Ville de naissance : Londres

Autres livres : (non exhaustif) Ma cousine Rachel, L’auberge de la Jamaïque, Le bouc émissaire

A savoir :

Les romans L’auberge de la Jamaïque et Rebecca ont été portés à l’écran par Alfred Hitchcock.

[A paraître] Février 2017

J’ai repéré des livres qui pourraient m’intéresser.

La Vie enfuie de Martha K.

La vie enfuie de Martha K. d’Angélique Barbérat aux éditions Michel Lafon

2 février 2017

Après des semaines, elle apprend qu’elle se prénomme Martha, qu’elle est française, mariée et mère d’un petit garçon. Personne ne peut expliquer pourquoi elle se cachait dans la remorque de ce camion, à la frontière entre l’Allemagne et la Pologne. Elle moins que les autres, car son amnésie est totale. Et quand elle revient dans leur maison sur les bords du lac d’Annecy, elle découvre sa vie passée.

Mais elle ne se reconnaît pas dans la femme qu’on lui décrit. Une part d’elle-même a disparu, Martha en est certaine. Alors elle va enquêter. Que faisait-elle sur cette route lointaine, un matin de janvier ? Est-ce qu’elle fuyait ? Pourquoi n’avait-elle sur elle qu’un tube de rouge à lèvres ? Pourquoi, surtout, le sentiment que quelque chose – ou quelqu’un – lui manque atrocement est-il aussi ancré en elle ?

Sur tes traces

Sur tes traces de Karen Rose aux éditions HarperCollins Noir

1er février 2017

La psychologue Faith Frye exerce un métier à haut risque: la prise en charge des déviants sexuels. Parmi eux, se cache certainement l’homme qui la traque avec acharnement depuis qu’elle l’a envoyé en prison, et qui tue au gré de ses besoins pour se rapprocher d’elle. Elle se réfugie dans la maison familiale dont elle vient d’hériter. Inhabitée depuis vingt ans, isolée, cette maison représente pour Faith la chance et l’espoir d’échapper à l’horreur d’une vie hantée et de sauver sa peau. Mais à peine arrivée, Faith est plongée dans un nouveau drame : une jeune fille, nue, s’écroule devant sa voiture. Elle semble avoir surgi du sous-sol de la demeure…

De la joie d’être bordélique de Jennifer McCartney aux éditions Fayard

20 février 2017

 La magie du rangement a fait son temps. Faisons la peau à cette absurdité, et commençons à acheter plein de trucs, pour les semer partout où nous en avons envie !
Savez-vous que la science a prouvé que les personnes désordonnées sont plus créatives (et aussi plus intelligentes et plus séduisantes) ?

Et vous, quels livres vous tentent ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #51

Bonjour,

Qui dit nouveau lundi, dit nouveau rendez vous « c’est lundi… ». Je rattrape mon retard des deux dernières semaines où j’ai été absente de la blogosphère.

Pour vous aussi vous inscrire à ce rendez-vous, c’est par ICI.

Qu’ai-je lu ces 2 dernières semaines ?

Ne pleure pas par Kubica

Ne pleure pas de Mary Kubica

Afficher l'image d'origine

E=MC², mon amour de Patrick Cauvin

Que suis-je en train de lire ?

La chambre d’ami de James Lasdun

Que lirai-je par la suite ?

Cet été là de Lee Martin

Et vous, que lisez-vous ?

E=MC² mon amour de Patrick Cauvin

Afficher l'image d'origineLE LIVRE

Note : 4/5

Pages : 186

Éditions : Le Livre de Poche

Publication en France : 1977

Ma critique :

Bingo ! J’ai enfin lu ce petit roman connu et reconnu. Alors, oui forcément, j’ai un peu passé l’âge de lire ce genre de livre. Mais c’est un peu comme la trilogie de Pagnol, il faut le lire adolescent et adulte. De cette façon, on voit si on a grandi et si on ressent la même chose en les lisant. Comme je n’avais pas lu E=MC² mon amour étant ado, c’est avec mes yeux d’adultes que je me suis emparée de cette histoire et j’ai bien rigolé. Mais je me suis pas mal ennuyée à certains moments. Mais n’allons pas trop vite.

Daniel et Lauren sont deux enfants surdoués. Ils vont se rencontrer lors de vacances. Ils vont se parler au départ tous les soirs et tomber amoureux. Le hic, c’est qu’au moment de revenir à Paris, leurs deux mondes vont les séparer. Elle vit dans les quartiers bourgeois et lui dans la banlieue parisienne. Ils vont tout faire pour se retrouver le plus souvent possible mais ils vont aussi devoir mentir à leur entourage pour se voir.

Alors j’ai beaucoup ri par moment car les deux enfants s’interrogent sur leur situation et se moquent de leurs parents. La scène dont je me souviendrais toujours est celle de l’achat de la bague : Daniel décide naïvement d’aller dans les beaux-quartiers pour lui acheter une bague qui ferait plaisir à Lauren mais il va vite se rendre compte que les prix ne correspondent pas à son budget … Il faut dire qu’il ne choisit pas la rue la moins connue…

Par moment, je me suis ennuyée… tout simplement parce que le livre est avant tout destiné à des adolescents et que l’humour est parfois un peu lourd. Il y a de très longs passages sans intérêts pour ma part, mais c’est aussi à travers ces moments là qu’on finit par s’attacher à ses personnages. L’auteur parle de la vie qui passe finalement.

En bref, j’ai apprécié ma lecture même si j’ai un chouïa dépassé l’âge.

LE LIVRE

Auteur : Patrick Cauvin

Date de naissance : 6 octobre 1932

Ville de naissance : Marseille

Autres livres : (non exhaustif) Pythagore je t’adore, Monsieur Papa, Haute pierre

A savoir :

La suite de E=MC² mon amour est Pythagore je t’adore.

Tout comme Daniel, le personnage de son roman, il est fan des films américains.

Il a aidé Joseph Joffo à écrire « Le sac de billes ».

Ne pleure pas de Mary Kubica

LE LIVRE

Ne pleure pas par KubicaNote : 5/5

Pages : 342

Éditions : HarperCollins Noir

Publication en France : 11 janvier 2017

Ma critique :

Je tiens à remercier Babelio et les éditions HarperCollins Noir pour l’envoi de ce livre.

J’adore les livres plein de mystères, les livres où les personnages sont dans des situations que nous même, nous n’aimerions pas vivre. J’aime bien aussi quand l’auteur nous fait nous poser des questions tout au long du roman et quand la fin y réponde parfaitement.

Pari réussi avec « Ne pleure pas ». Contrairement à d’autres lecteurs, j’ai passé un très bon moment de lecture. Les chapitres courts, l’alternance de la narration entre Quinn et Alex, deux personnages un peu paumés, m’ont donnés envie de tourner les pages de plus en plus vite.

L’histoire en deux mots : La colocataire de Quinn, Esther, a disparu. Au lieu d’appeler la police, Quinn se met à fouiller dans les affaires d’Esther et se surprend à apprendre des choses qu’elle ne soupçonnait pas. Alex, de son côté, ne connaît ni Quinn, ni Esther, et pourtant, leurs destins sont intimement liés. L’auteur maintient le suspense : la 4ème de couverture promet une révélation à la toute fin mais je ne suis pas entièrement d’accord. On devine un peu avant ce qui va se passer mais l’histoire n’en reste pas moins prenante.

En bref, j’ai passé un bon moment de lecture avec une histoire prenante et plein de suspense.

LE LIVRE

Auteur : Mary Kubica

Autres livres :  Une fille parfaite, L’inconnue du quai

Site Internet :  http://www.marykubica.com/

Page Facebook https://www.facebook.com/Mary-Kubica-Author-529093127112073/?fref=ts

 

C’est lundi, que lisez-vous ? #50

Bonjour,

Qui dit nouveau lundi, dit nouveau rendez vous « c’est lundi… ».

Pour vous aussi vous inscrire à ce rendez-vous, c’est par ICI.

Cette semaine, j’ai repris le travail et donc un rythme plus soutenu… J’ai donc moins lu. Et j’ai abandonné un livre. Mauvaise semaine littéraire donc. On va essayer d’oublier tout ça avec les livres de cette semaine.

Qu’ai-je lu cette semaine ?

Lolita de Vladimir Nabokov – > belle déception.Je suis contente de l’avoir terminé. Je vais pouvoir enfin passer à autre chose.

Que suis-je en train de lire ?

Afficher l'image d'origine

Ne pleure pas de Mary Kubica

-> Un roman très prenant. Mais l’histoire est tellement rocambolesque que je crains de voir une fin bâclée. Comment l’auteure va réussir à trouver une explication à tout ce mystère ? Je vous dirai dans ma critique si la fin m’a plu ou pas.

Que vais-je lire ensuite ?

Afficher l'image d'origine

Rebecca de Daphné du Maurier

Mes chroniques de la semaine :

IMM #10

Ne pars pas sans moi de Gillan Macmillan (lu en décembre 2016)

Livre abandonné cette semaine :

Pour l'Éternité par James

Pour l’éternité de Peter James

-> j’ai emprunté trop de livres à la bibliothèque. La date de retour approche. Je ne peux pas me permettre de m’attarder sur des livres qui ne me plaisent pas. Peter James est un auteur très fort pour créer le suspense mais l’éditeur a choisi de dévoiler un peu trop de l’intrigue sur la 4ème de couverture. Dommage.

Événement de la semaine :

Samedi 14 janvier, c’était la première édition de la « Nuit de la lecture ». J’ai été à la bibliothèque publique d’information au Centre Pompidou voir les comédiens du cours Florent lire des grands classiques.

Lolita de Vladimir Nabokov

LE LIVRE

Note : 2/5

Pages : 517

Éditions : Folio

Première publication en France : 1955

Ma critique :

Il m’en a fallu du temps pour en arriver à bout de ce « chef-d’œuvre ». Je sors les guillemets parce que, outre la narration et le style de l’auteur, je n’ai pas été embarquée par ce roman.

Comme tout classique dont tout le monde parle, on s’attend comprendre pourquoi on en parle autant. Pour moi, j’ai été dérangée tout le long du roman. On parle bien de pédophilie et d’inceste. L’auteur nous livre une explication au début du pourquoi il en est arrivé là et une forme d’amour se forme entre Lolita et Humbert Humbert (c’est bien son nom). A vrai dire, à l’heure où j’écris ces lignes, j’ai lu le roman et vu le film avec Jeremy Irons et Mélanie Griffith. Je dois dire que le film traduit bien cet amour naissant. En revanche, le roman ne le montre que très peu, en tout cas, je ne l’ai pas ressenti comme tel. Dès le départ, j’ai senti comme une pression entre HH et Lolita.

Les pages suivantes sont très longues à lire. Il faut dire que l’auteur cherche à démontrer que Lolita le rend fou et Nabokov se perd en digression et autres considérations philosophiques qui n’ont peu leur place. Si bien que, j’ai été perdue par l’intérêt de cette histoire. L’auteur tente de nous repêcher en nous ressassant ses regrets sur ce qui s’est passé tel jour et on se demande bien quel impact cela pourra avoir par la suite. Si bien que la grande révélation de la fin n’a pas été une surprise pour ma part. J’avais hâte de terminer le livre.

En bref, une belle déception pour ce début d’année 2017. J’ai largement préféré le film même si pas mal de détails du livre n’étaient pas évoqués.

L’AUTEUR

Auteur : Vladimir Nabokov

Date de naissance : 22 avril 1899

Ville de naissance : Saint-Pétersbourg

Autres livres : (non exhaustif) Ada ou l’ardeur : Chronique familial, La défense Loujine, La méprise,…

A savoir :

  • Le livre Lolita est adapté au cinéma par Stanley Kubrick en 1962, puis de nouveau par Adrian Lyne en 1997.
  • Dans le roman, Vladimir Nabokov critique la chasse au papillon de l’animatrice du camp où Lolita a passé quelques semaines. En fait, il pratiquait lui-même cette chasse aux papillons.

IMM #10

Bonjour,

Un nouveau IMM aujourd’hui. Pour vous inscrire, c’est par ICI.

Cette semaine, j’ai reçu via Netgalley et les éditions Belfond « Deux cigarettes dans le noir » de Julien Dufresne Lamy.

 

 

Et vous, quelles sont vos acquisitions ?