Amok ou le fou de Malaisie de Stefan Zweig

Éditions : Le Livre de Poche

Date de première publication en France : 1922

Nombre de pages : 190

Acheter *

Ma chronique :

Il ne faut pas se contenter de lire « Lettre d’une inconnue » dans ce recueil de nouvelles. Vous passeriez à côté de cette histoire qui encore une fois avec Stefan Zweig, m’a emportée jusqu’à la dernière ligne.

Zweig a ce talent de nous raconter les histoires comme si on les vivait. On est dans la tête de ses personnages et avec Amok, pas d’exception.

Un médecin nous raconte ce qu’il a vécu en Malaisie. Il se retrouve en mission au fin fond d’un village et ne rencontre pratiquement personne. Il s’ennuie au fil des jours et des semaines, quand arrive une femme au regard fuyant. Elle est agressive envers ce médecin qui, contrarié, se braque face à elle. Elle finit par lui faire comprendre qu’elle est enceinte et qu’elle cherche à se faire avorter avant que son mari revienne dans quelques jours. L’enfant qu’elle attend n’est pas de son mari. Le médecin, persuadé qu’il pouvait prendre l’ascendant sur cette femme, accepte de le faire en échange de paiement … en nature. La femme, choquée, refuse et s’enfuit. Il n’aura alors de cesse de rattraper cette femme, en vain. Il veut mener à bien sa mission, celle qu’elle lui a confié, en bon médecin, sans rien attendre en retour. Seulement, la femme pense que ses intentions son mauvaises et se joue alors de lui. Il finit alors par devenir comme fou, et agit sans plus réfléchir.

La plume de l’auteur est addictive. On se croit en Malaisie, à côté de ce médecin. Les allers et retours dans l’histoire rythment la narration. En quelques pages seulement, on s’interroge sur l’histoire de ce médecin qui se retrouve sur ce bateau, à l’écart de tous. Il cherche absolument à fuir tout le monde, la fête, les gens, … On finit par comprendre pourquoi il est sur ce bateau, en tout cas les véritables raisons. Tout au long de son histoire, le lecteur peut s’imaginer tout un tas de raison. La vraie a de quoi surprendre.

En bref : Une très bonne lecture comme toujours avec Stefan Zweig. Une lecture que je vous recommande chaudement.

Ma note :

5/5

Coup de cœur !

 

Autres chroniques de livres de Stefan Zweig :

Lettre d’une inconnue

Le joueur d’échec

24 heures dans le vie d’une femme

La confusion des sentiments

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s