Le cri de Nicolas Beuglet

Afficher l’image source

Résumé éditeur

À quelques kilomètres d’Oslo, l’hôpital psychiatrique de Gaustad dresse sa masse sombre parmi les pins enneigés. Appelée sur place pour un suicide, l’inspectrice Sarah Geringën pressent d’emblée que rien ne concorde. Le patient 488, ainsi surnommé suivant les chiffres cicatrisés qu’il porte sur le front, s’est figé dans la mort, un cri muet aux lèvres – un cri de peur primale. Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va découvrir une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…

Mon avis

Il ne faut pas lire la 4ème de couverture pour 2 raisons : d’un part, parce qu’on a l’impression d’avoir un roman qui va se dérouler en huis-clos au sein d’un hôpital psychiatrique. Mais en réalité, c’est bien plus que cela. L’auteur nous emmène en France, aux Etats-Unis, et sur une île dont je ne révélerai pas le nom puisque celle-ci joue un rôle primordial dans la résolution de l’enquête. Il s’agit d’une véritable aventure dans laquelle l’auteur ne nous lâche pas la main et nous amène avec lui. Et il ne faut pas lire la 4ème de couverture parce qu’elle révèle aussi en partie la fin de ce roman. Alors, évidemment, on ne le comprend pas tout de suite en lisant ce résumé, mais elle donne un bon aperçu de là où veut nous emmener l’auteur. Je trouve que ça gâche un peu la lecture.

Mis à part ces détails que tout bon lecteur connaît déjà, j’ai passé un très bon moment de lecture. Autant l’inspectrice Sarah Geringën ne m’a pas paru très sympathique, autant son caractère un peu brut m’a plu. Elle mène son petit monde à elle toute seule et en tant qu’inspectrice, héroïne de roman policier, elle voit ce que les autres ne voient pas. J’ai eu souvent du mal à la suivre parce qu’elle déduit pas mal de choses que je n’avais pas vu. Les personnages entourant l’inspectrice sont plus attachants qu’elle au final. Elle s’exprime peu et on ne sait pas réellement ce qu’elle ressent. Christopher, qui va être amené à collaborer avec elle, est beaucoup plus attachant.

Alors, évidemment, il y a des passages un peu tirés par les cheveux. Il faut prendre un peu de recul en lisant ce livre et ne pas prendre à la lettre ce roman, sinon, je pense qu’on peut facilement décrocher. Je suis dans une bonne période de lecture parce que j’ai lu ce livre en 2 jours quasiment et tournant avec délectation les pages les unes après les autres. Les amateurs d’action trouveront leur compte dans la 2ème partie du roman. Pour ma part, ce n’est pas ce qui me plaît le plus. Je suis bien sortie de ma zone de confort avec ce livre et ça fait du bien de lire autre chose de temps en temps.

De l’aventure, une enquête policière, du suspense, une petite histoire d’amour … ce roman est tout un programme.

Je ne peux pas dire grand-chose de plus sur l’intrigue en elle-même parce que très vite, on en sait un peu plus. Tout au long du livre, je me suis dit que l’auteur avait bien de l’imagination pour inventer des choses aussi tordues. Quand on apprend à la fin que l’auteur s’est appuyé sur des faits réels, c’en est à avoir des sueurs froides.

En bref, une très belle découverte ! Je compte bien lire la suite. Je me suis déjà procurée « Le complot » et « L’Île aux diables ».

Éditions : Pocket

Nombre de pages : 560

Genre : Policier / Thriller

Publication : 8 septembre 2016 (chez XO)

Pour en savoir plus

Page auteur lisez.com : Nicolas BEUGLET : sa biographie, son actualité, ses livres | Lisez!

3 réflexions sur “Le cri de Nicolas Beuglet

  1. Assez s’accord avec toi, Sarah Gerinden souscrit à une mode de la femme brute et auto-suffisante après Lisbeth Salander, Helen Grace et autres cheffes dures, tranchantes (et détestables)
    Quelques incohérences parsèment ses livres mais l’auteur a vraiment de bonnes idées

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Bilan du mois de juin 2021 – Le temps de la lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s