Passé composé d’Anne Sinclair

Résumé éditeur

«  Je me suis longtemps refusée à imiter les confrères qui publient leurs Mémoires, persuadés que leur moi mérite exhibition et que les épisodes de leur vie personnelle et professionnelle suscite l’intérêt. Le journalisme est un métier comme un autre et la télévision n’est souvent qu’une usine à baudruches. A tous ceux qui m’interrogeaient à ce sujet, je n’ai cessé de déclarer qu’à ce petit jeu narcissique, on ne me prendrait pas. Publier cet ouvrage m’oblige à manger mon chapeau. Me voici à mon tour piégée dans ce paradoxe  : écrire comme tout le monde, en espérant intéresser tout le monde à une vie qui ne serait pas celle de tout le monde. Il faut assumer ses contradictions et ne pas avoir peur de se désavouer. C’est dit…
Les personnes que je croise me regardent comme une vieille connaissance à laquelle elles associent deux images contradictoires  : la présentatrice d’une émission qui fut célèbre il y a plus de vingt ans et qui demeure dans la mémoire collective  ; la femme qui fit, à son corps défendant, des milliers de «  une  » de journaux à l’occasion d’un scandale planétaire impliquant son mari. N’étant pas seulement l’une et ne me reconnaissant pas dans l’autre, je me demande ce qui, de tout cela, peut rester pertinent.
Je vais tenter d’être juste. Pas exhaustive mais sincère. Je parlerai de mes parents, de cette enfance très protégée qui aurait pu mettre hors de ma portée les armes nécessaires pour lutter dans la vie  ; je convoquerai certains personnages hauts en couleur que j’ai eu la chance de croiser et tenterai de brosser le portrait le plus fidèle possible du monde des médias tel que je l’ai connu  ; j’évoquerai les grands bonheurs de la vie et les épreuves qui l’ont écorchée…  »A.S

Mon avis

Anne Sinclair s’était promis de ne pas tomber dans le besoin urgent d’écrire son autobiographie comme la plupart des célébrités ou hommes politiques contemporains. Et finalement, dans son introduction, elle s’en explique. Elle reprend donc son histoire personnelle de sa naissance jusqu’à nos jours.

Très vite, j’ai été surprise par le ton employé par Anne Sinclair, notamment, lorsqu’elle raconte son passé avec sa mère. Ce passage là est un peu dérangeant dans le sens où elle ne cache rien de ses colères envers elle mais aussi de sa culpabilité envers elle à ne pas avoir été aussi proche qu’elle l’aurait voulu. Ce ton là est aussi le ton employé lors de sa période 7 sur 7 à TF1. On sent qu’elle a longtemps porté un poids et qu’elle a trouvé le moyen de régler plus ou moins ses comptes envers de nombreuses personnes.

Anne Sinclair consacre donc ses années d’enfance pendant laquelle elle était très studieuse, souvent en train de lire des livres. Et bientôt, elle se prend de passion pour les actualités qu’elle entend à la radio. Elle rêve alors de devenir journaliste. Elle entre quelques années plus tard à Europe n° 1 et commence à faire ses premiers pas. La politique n’est pas loin et elle s’engage envers la gauche très rapidement.

Les années 7 sur 7 sont le plus gros passage du livre. Elle raconte ses plus grandes rencontres avec des hommes politiques, des célébrités, ou des intellectuels. Il y a quelques anecdotes croustillantes. Celle portant sur Valéry Giscard d’Estaing sur la chouette en peluche qu’il lui avait offert est pour moi un bon résumé de ce qu’est Anne Sinclair : une femme à caractère, qui ne se laisse pas marcher dessus, mais aussi, une certaine désinvolture face à ces hommes politiques qu’elle a pu rencontrer. J’avoue que ce passage là m’a beaucoup marqué. Je passe sur les divers passages sur ses rapports difficiles avec les dirigeants de TF1. Elle le rapporte en détail dans son livre.

Enfin, bien évidemment, elle raconte ce qu’on attend tous depuis des années : l’affaire DSK. Dans un chapitre qu’elle appelle « le chapitre impossible », elle précise très vite qu’elle ne fera pas de révélation surtout en ce qui concerne le principal intéressé. En revanche, elle parle de ce qu’elle a ressenti dans ses années et combien cette période a été difficile pour elle. Elle en porte encore des séquelles et a eu beaucoup de mal depuis cette période à refaire confiance en quelqu’un. Elle insiste sur le fait que contrairement à beaucoup, elle n’avait rien vu de l’attitude de son mari envers les femmes. Elle l’explique très bien dans son livre. Elle cherche vraiment à démontrer que malgré tout, elle n’a rien vu parce qu’elle était amoureuse. C’est un chapitre assez fort dans le sens où on ressent beaucoup de ses souffrances et on devine combien cela a été très compliquée pour elle de devoir affrontée non seulement cette situation mais les critiques des journalistes, notamment français.

En bref, ce livre est intéressant pour connaître pas mal d’anecdotes de la période 7 sur 7. J’étais qu’une enfant pendant cette période mais je me souviens de ce générique, signe que le lendemain, l’école reprenait. C’était tout ce que signifiait pour moi ce générique. L’autre intérêt est aussi de connaître ce qu’elle a vécu de l’intérieur pendant l’affaire DSK. Et enfin, on en sait plus sur la personnalité d’Anne Sinclair. C’est une femme forte, à fort caractère, mais qui reconnaît avoir un certain manque de confiance en elle.

Je remercie Netgalley et les éditions Grasset pour cette lecture.

Éditions : Grasset

Nombre de pages : 384

Genre : Autobiographie

Publication : 2 juin 2021

En savoir plus

Page Twitter d’Anne Sinclair : Anne Sinclair (@anne_sinclair) / Twitter

Le générique de 7 sur 7 (pour les plus nostalgiques ) : Gerard Gesina – Big Green Espace (1981) – YouTube

Page éditeur (extrait disponible) : Passé composé, de Anne Sinclair | Éditions Grasset

2 réflexions sur “Passé composé d’Anne Sinclair

  1. Parce que je suis de sa génération, ce livre de mémoire m’a rappelé bcp d’événements de notre histoire contemporaine et du coup le chapitre 13, je crois, celui sur DSK , ne m’a absolument pas étonné. Tant dans les précédents, on y sent son perfectionnisme au travail, l’obligation que celui-ci soit impeccable pour être reconnue dans ce milieu d’hommes, son manque de confiance et son doute perpétuel. Elle fut la  » proie » facile de cet homme au charisme incroyable, superbement intelligent, possédant de grandes facilités intellectuelles sûr de lui et de son pouvoir, cachant son ambition de requin derrière un sourire si magnifique !

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Bilan du mois de juillet 2021 – Le temps de la lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s