La peste de Camus

Afficher l'image d'origineNote : 5/5

Pages : 335 pages

Première publication en France : 1947

Ma critique :

Que dire d’autre à part que j’ai adoré ! J’ai adoré l’histoire, j’ai adoré le cheminement de l’auteur pour nous montrer l’état d’esprit des habitants d’Oran pendant la peste, j’ai adoré le style d’écriture, j’ai adoré la psychologie de tous ces personnages, …

J’avais lu il y a quelques années «l’étranger » et j’avais été surprise de voir qu’il était plus simple à lire que je ne le pensais. Et puis, j’ai regretté de ne pas avoir essayé d’aller plus loin dans la compréhension de cette œuvre, d’essayer de comprendre ce que voulait dire l’auteur entre les lignes. C’est pourquoi pour la peste, j’ai pris mon temps. Et j’ai beaucoup apprécié. Je l’ai trouvé un peu plus difficile à aborder que l’étranger mais le plaisir était bien présent.

C’est le style de livre dont Philippe Vilain dit qu’il ne se passe pas grand-chose et pour lequel les lecteurs d’aujourd’hui s’ennuient. J’avoue qu’effectivement, si je l’avais lu il y a 10 ans, je n’aurais pas dépassé la 20ème page.

En lisant ce livre, je n’avais pas la grille de lecture qu’il fallait en avoir. J’ai donc pris au premier degré l’histoire. Mais a priori, il fallait y voir une allégorie à la peste brune à savoir les nazis pendant la seconde guerre mondiale.

Le narrateur dont on ne connaît pas l’identité au départ mais qu’on devine assez facilement, nous raconte d’abord combien il a été difficile pour le médecin et pour les autorités administratives de mettre un nom sur la maladie de la peste. Cette partie de l’histoire m’a fait penser, toujours sans connaître la grille de lecture que j’évoquais plus haut, au fait qu’à la période de la seconde guerre mondiale, certaines personnes avaient du mal à prononcer le terme  « guerre » de peur de porter malheur.

L’état d’esprit des habitants d’Oran est finement analysé par Camus : la résignation, la peur, la colère, l’espoir, la tristesse sont évoqués tour à tour. Et on ressent cet état d’esprit vis-à-vis de la religion. Le père Paneloux au début de l’épidémie dans son sermon, va dire aux habitants que ce qu’il leur arrive est de leur faute, parce qu’ils ont pêché. A la fin, son sermon est différent : il va leur dire que ce qu’il leur arrive est la volonté de Dieu et que ne pas affronter l’épidémie en voulant s’échapper de la ville n’est pas bon pour eux. La religion est au centre de cette histoire et j’ai trouvé que ces paroles étaient dures vis-à-vis des habitants.

Tous les personnages évoqués ont une importance cruciale dans l’histoire : le médecin Rieux, Tarrou, Grand, Cottard, le vieux asthmatique, … J’ai adoré d’ailleurs Grand, éternel romantique qui ne terminera jamais sa phrase et pour qui je vais faire honneur en le citant :« Par une belle matinée du mois de mai, une élégante amazone parcourait, sur une superbe jument alezane, les allées fleuries du Bois de Boulogne ».

En bref, « Chapeau bas ».

Challenge_Ete_2016-250x233

 

Une fois n’est pas coutume, je vais citer Camus.

 

Son métier continuait, il n’y a pas de congé pour les malades.

 

[…]le narrateur est plutôt tenté de croire qu’en donnant trop d’importance aux belles actions, on rend finalement un hommage indirect et puissant au mal.