Rien ne s’oppose à la nuit – Delphine de Vigan

Rien ne s’oppose à la nuit est la biographie de la mère de l’auteur. La première scène du livre est d’ailleurs la mort de sa mère, Lucile. Pour faire son deuil, elle interview des sœurs de la mère, sa propre sœur, son père, etc…et retranscrit ce qu’elle a découvert dans ce roman. Le livre est composé de 3 parties : l’enfance de Lucile, l’enfance de l’auteur et la vision qu’elle a eu de sa mère et la 3ème reprend la vie à l’heure actuelle.

Les révélations intimes, voire très intimes sont présentées tout au long du livre. Malgré le fait que j’ai lu ce livre avec passion, avec beaucoup de curiosité, il faut dire que ce qui est dit dans ce livre est dérangeant dans le sens où elle parle des membres de sa famille, pas toujours sous le meilleur jour. D’ailleurs, elle s’excuse tout au long du livre, en répétant inlassablement, qu’elle le fait pour sa mère, pour mieux la comprendre, pour lui pardonner peut être aussi…

J’ai été voir la fameuse vidéo sur le site de l’INA pour voir le reportage « parents adolescents ». Ce dernier parlait des relations plus ou moins difficiles avec les adolescents. Je crois qu’il avait été tourné dans les année 60-70. J’ai été voir la vidéo par curiosité, pour voir Lucile, et voir les autres membres de la famille, … La photo de la couverture est d’ailleurs expliqué au cours du livre.

Au final, j’ai bien aimé cette histoire. Je me pose la question à savoir comment réagirait mon entourage si je publiais le tiers de ce qu’elle a écrit, même si dans ma famille, à côté de celle du livre, c’est le paradis.

Pour finir, le titre « rien ne s’oppose à la nuit » est tirée de la chanson de Alain Baschung, Osez Joséphine. Elle ne s’appelle pas Joséphine et pourtant…

Publicités