True crime tome 2 – Sexe et passions fatales – Collectif

True crime, tome 2 : Sexe et passions fatales par PloquinNote : 3/5

Pages : 307

Éditions : Ring

Publication en France : 13 octobre 2016

Ma critique :

Je tiens à remercier dans un premier temps les éditions Ring et Babelio pour l’envoi de ce livre, reçu dans le cadre de l’opération Masse critique.

C’est le deuxième tome que je lis de cette collection. Pour resituer un peu, des journalistes  se sont donnés pour but de publier tous les 6 mois un recueil de faits divers. A chaque fois, un thème est abordé. Le premier thème parlait des prototypes de meurtres, c’est-à-dire les premiers à avoir utilisé une certaine méthode de crimes. Je l’avais apprécié. Vous pouvez retrouver ma critique ICI. Ce mois-ci, le thème abordé est : sexe et passions fatales : Les crimes racontés sont les suivants :

  • Frédéric Ploquin – Meurtre à la faculté
  • Stéphane Bourgoin – Le boucher de Hanovre
  • Dominique Rizet – La maîtresse et le médecin de campagne
  • Frédérique Lantieri – Le gourou incestueux
  • Michel Mary – Catwoman
  • Luc Frémiot – L’ange et le démon
  • Arnaud Bédat – L’affaire Stern
  • Anne-Sophie Martin – Le dernier rendez-vous galant
  • Géraldine Woessner – Les séquestrées de Cleveland

Pour en venir à mon avis, il faut tout d’abord que je dise quelques mots sur mon attrait pour ce genre d’histoire. J’ai eu une période où je ne ratais aucune émission de faits divers et toutes les histoires revenant en boucle, j’ai pris beaucoup de recul. Ayant apprécié le premier, j’ai cherché à continuer car j’avais aimé l’ambiance et la façon de raconter qui me semble tout à fait approprié. Ici, avec ce tome, j’ai été déçue pour plusieurs raisons :

  • Je connaissais déjà 3 histoires sur les 9.
  • Les journalistes ont beaucoup cherché à entrer dans les détails les plus horribles, ce qui ne m’a pas aidé à apprécier la lecture.
  • Les histoires sont assez inégales : pas toutes très intéressantes.

Je reconnais toutefois que Frédérique Lantieri choisit bien ses histoires : elle a le don pour aller nous raconter des histoires qui sortent de l’ordinaire et pour les deux tomes, j’ai été conquise.

Une petite déception donc, mais qui ne m’a pas empêché de lire ce livre en une après-midi.

True Crime – Tome 1 : Les prototypes – Collectif

Afficher l'image d'origineNote : 4/5

Pages : 285

Éditions : Ring

Publication en France : mars 2016

Ma critique :

Fan inconditionnelle de l’émission « Faites entrer l’accusé », je me suis offerte le premier tome de True crime au stand de Stéphane Bourgoin à Saint-Maur en Poche.

True crime

Mon autographe en poche, il m’a fallu près de deux mois pour pouvoir enfin m’y mettre. Je m’y suis plongée avec beaucoup d’entrain et j’avoue que j’ai enchaîné les histoires les unes après les autres en me demandant inlassablement : « comment ces faits ont pu non seulement avoir eu lieu mais comment ils ont pu seulement se reproduire ? ».

True crime est une série de livres parlant de faits divers réels. Les auteurs sont entre autre Frédérique Lantieri, Stéphane Bourgoin, Dominique Rizet, …   Le premier tome « Les prototypes » reprennent des histoires peu communes qui malheureusement, faute de leçons tirées du passé, se sont reproduites quelques années après.

Ci-dessous, j’ai listé les spécialistes du fait divers ayant contribué à ce premier tome ainsi que le titre des histoires racontées  :

  • Frédéric Ploquin : Rapt mortel à Paris
  • Dominique Rizet : Le sang des filles
  • Stéphane Bourgoin : Le premier serial killer
  • Frédérique Lantieri : Les enfants des vermiraux
  • Laurent Obertone : Unabomber
  • Michel Mary : Le chasseur des vieilles dames
  • Charles Diaz : Un gang en France
  • Anne-Sophie Martin : La veuve au poignard liquide
  • Alain Bauer : Le premier gangterroriste

J’ai lu par le passé les histoires racontées par Pierre Bellemare. J’adorais ce concept d’histoire vraie, chacune étant plus ou moins égale au niveau de leur intérêt. J’ai retrouvé ce concept avec True Crime. Il y a des histoires qui m’ont marquées plus que d’autres, notamment celle racontée par Frédérique Lantieri. J’étais loin de me douter qu’en France, il ait pu se passer des choses aussi horribles envers des enfants sans défense. Le pire est que finalement, la région qui en a été « victime » n’a pas retenu la leçon. C’est horrible. En revanche, j’ai beaucoup moins apprécié les histoires parlant de gang ou de terroristes. Ce genre de fait divers m’intéresse moins de manière générale.

En bref, j’ai lu True crime en quelques heures seulement. Le fait d’avoir la possibilité d’acheter un nouveau tome tous les 6 mois me paraît une bonne idée. J’achèterai peut-être le prochain dans un autre salon et qui sait, peut-être que je réussirai à obtenir l’autographe d’un autre journaliste ?

 Le prochain tome sortira le 13 octobre prochain et traitera cette fois-ci des crimes sexuels.