Ne lâche pas ma main de Michel Bussi

Résumé éditeur

Un couple d’amoureux dans les eaux turquoise de l’île de La Réunion.
Farniente, palmiers, soleil.
Un cocktail parfait.
Pourtant, le rêve tourne court. Quand Liane disparaît de l’hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de 6 ans. Pour la police, cela sonne comme un aveu : la course-poursuite, au cœur de la nature luxuriante de l’île, est lancée.

Ma critique

Un petit Bussi et puis s’en va. Je viens de passer de looooongs mois à ne plus lire. J’ai eu beaucoup de mal à reprendre. Je n’arrive pas à me concentrer. La vie personnelle est ainsi faite que parfois, se poser et lire, ce n’est plus à notre portée… Je vous raconte tout ça parce que je sais que quand je commence un roman de Michel Bussi, je sais que je vais m’y plonger sans regret et que je vais passer un bon moment. Ça l’a un peu moins fait avec ce roman, mais j’ai retrouvé le plaisir de lire, et c’est bien là l’essentiel. J’ai encore 2 livres de lui à lire dans ma PAL et ça c’est une bonne nouvelle.

Dans ce roman, on se retrouve avec un couple, Liane et Martial, avec un enfant qui passent un séjour en vacances à la Réunion. Liane va disparaître. La chambre d’hôtel est pleine de sang. Tout donne l’impression qu’il s’agit d’une scène de crime. Le mari fait appel à la police qui se déplace à l’hôtel. Le mari est interrogé et il nie le fait d’avoir tué sa femme. Le lendemain, il fuit, pressentant qu’il va être arrêté par la police et amène sa fille avec lui.

Le point de départ est intéressant. Comme d’habitude, Michel Bussi nous mène par le bout du nez avec de courts chapitres et quelques rebondissements bien placés. Comme d’habitude également, on fait un peu de tourisme. On découvre l’île pour ceux qui ne connaissent pas. Entre 2 pages lues, on peut commencer à rêver à ses prochaines vacances ! L’auteur nous glisse une carte de la Réunion au début du livre.

J’avoue que dans ce livre, il y a certains passages qui m’ont un peu perdues, mais, le suspense monte petit à petit et la fin du livre, j’ai fini par tourner les pages de plus en plus vite.

La fin ne m’a pas plus surprises que ça. Mais j’avoue que tous les romans de Michel Bussi me « déçoivent » souvent à la fin. Comme quoi, je ne tiens pas forcément à avoir une fin extraordinaire pour être convaincue. Je finis par me dire que la fin de chacun de ses romans a de forte chance de ne pas me plaire, mais j’y reviens à chaque fois. Ça ne m’empêche pas d’acheter ses romans.

En bref, merci à l’auteur pour m’avoir remis dans le bain. C’est une valeur sûre pour moi. Ce n’est pas un coup de cœur. Mon roman préféré de cet auteur reste à ce jour « le temps est assassin ».

Éditions : Presses de la cité

Nombre de pages : 384

Genre : Thriller

Publication : 07/03/2013

Le journal d’Anne Frank

Résumé

Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans «l’Annexe» de l’immeuble du 263, Prinsengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa sœur Margot. La jeune fille a tenu son journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944, et son témoignage, connu dans le monde entier, reste l’un des plus émouvants sur la vie quotidienne d’une famille juive sous le joug nazi

Ma critique

J’ai quelques livres dans ma bibliothèque que je commence puis que j’abandonne. Je les garde quand même parce que je sais que ce n’est pas le moment de les lire. Je sais qu’un jour, je m’y remettrai. Et que je vais finir par l’apprécier.

Continuer la lecture de Le journal d’Anne Frank