Notre petit jeu dangereux d’Emily Blaine

Résumé éditeur

Il n’y a rien entre elle et Lucas, et il n’y aura jamais rien. C’est ce dont April essaye de se convaincre depuis des années. Si elle s’autorise à fantasmer en secret, elle a toujours pris soin de garder ses distances dans la vraie vie pour la simple et bonne raison que Lucas est le père de sa meilleure amie. Mais, à cause de l’intervention de cette dernière, voilà qu’il va devenir son patron pour les prochaines semaines estivales. Ce qui implique de croiser son corps de rêve tous les jours dans des costumes de P-DG, qui le rendent particulièrement sexy. Si elle veut continuer à tenir ses bonnes résolutions, April va donc devoir mettre au point une nouvelle stratégie, et vite ! Pourtant, quand elle voit l’étincelle de désir dans les yeux de Lucas, elle se demande si le plus grand danger vient d’elle… ou de son nouveau patron.

Mon avis

April, la vingtaine, est attirée par le père de sa meilleure amie, Lucas. Elle s’efforce de ne pas penser trop à lui mais il s’avère lors d’une soirée, que son père ne serait pas non plus insensible à son charme. Oui, mais voilà, la différence d’âge et surtout le fait que cet homme est le père de sa meilleure amie n’aident pas à construire une relation saine. Si bien que leur relation ne se cantonne qu’à des flirts sans lendemain. Un peu à la « Je t’aime, moi non plus », on assiste à ces revirements dans ce roman, pour notre plus grand plaisir !

C’est un roman court, qui se lit facilement (je l’ai lu en un peu plus de 2 heures) dans lequel on se passionne pour cette romance légère. La fin, on la devine aisément, avant même d’avoir lu le livre. Mais en réalité, est-ce bien grave ? J’ai beaucoup aimé ce livre et je retrouve la simplicité de l’écriture de Emily Blaine, une écriture fluide, dans lequel on ne tombe pas dans le « gnangnan » et pour lequel on a des dialogues crédibles (ce qui n’est pas toujours le cas dans ce type de roman).

Bref, un bon moment de lecture qui se lit très bien entre 2 thrillers bien sanglants. Un peu de légèreté fait toujours du bien.

Je remercie Netgalley et les éditions Harlequin pour cette lecture.

Éditions : Harlequin

Nombre de pages : 100

Genre : Romance

Publication : 9 juin 2021

En savoir plus

Page Internet de l’auteur : Accueil – Emily Blaine

Page Twitter de l’auteur : Emily Blaine (@BlaineEmily) / Twitter

Page éditeur : Notre petit jeu dangereux – Harlequin

Tu n’auras pas le dernier mot d’Aëla Liper

Résumé de l’éditeur

En ce moment, la vie de Loeiza est aussi palpitante qu’un fondant au chocolat sans chocolat. Son projet le plus excitant cette semaine ? Commencer le tome 2 de sa saga préférée, qu’elle a enfin pu emprunter à la médiathèque, et retrouver l’héroïne badass qui (elle au moins !) ne vit pas son existence par procuration. Mais, entre les pages du livre, elle découvre un petit mot à son attention signé de la main d’un inconnu. Le mystérieux correspondant a trouvé sa liste des « choses à faire avant 35 ans », qu’elle avait oubliée dans le tome 1 (voilà où elle l’avait mise !), et semble vouloir l’aider à les réaliser. L’occasion rêvée pour Loeiza de pimenter un peu son quotidien, avec un tout nouvel objectif en tête : découvrir l’identité de cet homme mystère…

Lire la suite

Meurtres et pépites de chocolat de Joanne Fluke

Je précise que je n’ai lu que les 140 premières pages, celles qui sont proposées en accès libre par Netgalley et les éditions Cherche-midi.

Résumé

Hannah Swensen est de retour dans sa ville natale d’Eden Lake. Entre sa mère, plutôt envahissante, et l’ouverture de sa boutique, le Cookie Jar, elle a fort à faire. Son quotidien devient plus passionnant encore quand son livreur, Ron LaSalle, est retrouvé assassiné juste derrière son magasin. Le beau-frère d’Hannah, shérif adjoint du comté, fait appel à elle pour l’aider à trouver le coupable. Un nombre surprenant de suspects et de mobiles émergent alors. Très vite Hannah va réaliser qu’elle n’est pas seulement douée pour les cookies, mais qu’elle est aussi une enquêtrice hors pair.

Fous rires et frissons, mystères et pépites : cette histoire pleine de rebondissements ressemble au meilleur cookie du monde : sucrée mais légère, surprenante de bout en bout.

Mon avis

C’est donc mon premier roman « cosy mystery » et ne sachant pas trop à quoi m’attendre, j’ai commencé ma lecture sans a priori. Je n’ai lu que les 140 premières pages et je ne sais pas ce que nous réserve l’auteure par la suite. Mais, ce que je peux dire, c’est que je ne suis pas sûre d’adhérer à ce style de livre, tout en ne sachant pas si les autres romans de « cosy mystery » sont dans la même veine ou pas.

Lire la suite

L’aile des vierges de Laurence Peyrin

Éditions : Calmann Lévy

Date de publication : 28/03/2018

Nombre de pages : 468

Acheter *

Résumé :

Doit-on trahir ses convictions et ses rêves pour un peu de bonheur personnel ?
Un extraordinaire portrait de femme libre

Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l’allée de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le cœur lourd. Car aujourd’hui, Maggie O’Neill, un fort caractère, petite-fille d’une des premières suffragettes, fille d’une féministe active, va entrer comme bonne au service des très riches Lyon-Thorpe. Et la seule consolation de Maggie est que personne ne soit là pour assister à sa déchéance, elle qui rêvait de partir en Amérique et d’y devenir médecin. Qui en rêve toujours, d’ailleurs.
L’intégration parmi la dizaine de domestiques vivant comme au siècle précédent est difficile pour Maggie. Elle trouve ridicules les préoccupations et exigences de Madame, surnommée par ses employés « Pippa-ma-chère », car c’est ainsi que ses amies l’appellent à grand renfort de voix haut perchées. Le maître de maison, lointain, l’indiffère. Seul trouve grâce à ses yeux le vieux lord, âgé de près de cent ans, qui perd la tête et la confond avec une mystérieuse Clemmie à qui il déclare son amour.
Mais Maggie va bientôt découvrir que le maître de maison, John Lyon-Thorpe, est loin d’être l’héritier phallocrate qu’elle imaginait. Ils entament une liaison passionnée. Comme elle, John est prisonnier de son destin, et veut s’en libérer. Il a grandi en Afrique, où son père avait une immense propriété, et compte y retourner. Il éprouve les mêmes envies d’ailleurs que Maggie, le besoin de se sentir vivant.
Et du jour où elle s’avoue son amour pour John, Maggie comprend qu’elle va devoir choisir entre la promesse du bonheur et son aspiration à la liberté. Lire la suite

Ensemble. Maintenant. Pour toujours de Emily Blaine

Éditions : Harlequin

Nombre de pages : 380

Date de publication en France : 6 juin 2018

Acheter *

Résumé :

Elle est la femme de sa vie.
Il doit juste la convaincre qu’il est l’homme qu’il lui faut.

Théo sait tout de Summer : il a passé une partie de sa jeunesse à la protéger de son père violent, à la tirer des pires situations. Peu à peu, il est tombé amoureux d’elle, de l’éternelle optimiste et de la femme forte qu’elle est devenue. Summer a quant à elle toujours refusé une histoire avec lui : ses relations avec les hommes sont chaotiques et leur amitié est trop précieuse pour qu’elle coure le risque de l’abîmer. Respectueux de ce choix, Théo est resté à distance : il a veillé sur elle, en protecteur discret et bienveillant. Mais, grâce à son frère Jérémiah, il prend conscience qu’à trop attendre, il pourrait bien perdre la femme de sa vie… S’il veut un jour être heureux, il doit prendre les choses en main et convaincre Summer qu’il est l’homme qu’il lui faut. Lire la suite

Pour un selfie avec lui de Sam Riversag

Couverture de Pour Un Selfie Avec Lui par SAM RIVERSAG

Note : 2/5

Nombre de pages : 229 pages

Éditions : Auto-édité

Acheter *

Résumé :

Le pitch : Si Mary pouvait prétendre avoir une vie idéale, ceci n’est plus d’actualité à l’instant même où elle découvre son petit ami outrageusement dénudé en compagnie d’une autre donzelle alors qu’elle repasse à l’improviste par leur appartement pour récupérer son PC… Alors au diable les hommes et leurs infidélités ! Vive la femme libre et libérée… Un credo difficile à tenir lorsque le pseudo prince pas très charmant vient à s’excuser…

Lire la suite

Café ! Un garçon s’il vous plaît de Agnès Abécassis

Café ! Un garçon s'il vous plaît par Abécassis

Note : 5/5

Nombre de pages : 375

Éditions : Le Livre de Poche

Acheter *

Ma chronique :

Je remercie dans un premier temps Agnès Abécassis en personne qui m’a proposé de lire son dernier livre et les éditions Le Livre de Poche pour cette lecture. J’ai mis longtemps à lire son livre, non pas parce qu’il ne me tentait pas mais parce que les difficultés de la vie font que l’année dernière, je n’ai pas pu ouvrir un seul livre. Pour retrouver un peu le moral, j’aurais dû le lire dès que j’ai reçu ! Lire la suite

Nos adorables belles-filles de Aurélie Valognes

Nos adorables belles-filles par ValognesNote : 1/5

Pages : 267

Éditions : Michel Lafon

Publication en France : 4 mai 2016

Ma critique :

Autant, j’avais apprécié « Mémé dans les orties » du même auteur, autant là, j’ai eu beaucoup de mal à aller jusqu’au bout.

Les livres dits populaires ne sont pas forcément ceux que j’apprécie le plus. Ce livre en est un exemple. Il faut dire qu’il ne se passe rien dans ce livre, que l’humour est absent, que les caricatures foisonnent, et que l’intrigue est complètement absente voire nulle.

J’apprécie de lire de temps en temps de la lecture « légère » mais il faut qu’il y ait un intérêt quelconque. Ici, un patriarche ronchon fait passer de mauvaises fêtes de famille à ses belles-filles. Voilà l’enjeu du livre. Va-t-il devenir plus gentil ? Plus agréable ? Va-t-il arrêter ses blagues vaseuses ? Très vite, cette question m’est devenue complètement indifférente. Le livre se lit facilement et j’en suis donc venue à bout. Mais quel effort cela m’a demandé. Je n’ai lu les dialogues qu’en diagonal à la fin.

En bref, je suis très déçue. Je ne comprends pas ce livre, son intérêt et les critiques élogieuses qui en ont découlé. Comme quoi, tous les goûts sont dans la nature.

ça peut pas rater de Gilles Legardinier

Afficher l'image d'origine

Note : 3/5

Pages : 425

Éditions : Fleuve éditions

Publication en France : 2 octobre 2014

Ma critique :

Je suis habituée à ce qu’il ne se passe pas grand-chose les 100 premières pages dans les romans de Gilles Legardinier mais cette fois-ci, l’absence d’humour pénalise sérieusement le début du livre. La suite ne m’a pas plus convaincue, parfois même, je trouvais les réactions de notre héroïne exagérées voire violentes. Les considérations philosophiques tout au long du livre sur le couple ont bien alourdi le tout.

Pour finir un peu sur l’intrigue du roman, Marie se fait larguer par son copain Hugues. Elle renonce alors à toute relation avec un homme. Au travail, rien n’est rose non plus. Son entreprise risque d’être revendue et un licenciement collectif risque à tout moment de s’organiser. Elle devient malgré elle, le pivot de l’entreprise pour maintenir les postes de l’ensemble du personnel au sein de sa boîte.

La fin me paraissait un poil plus convaincant que le reste mais ça ne m’a pas permis de changer d’avis sur mon ressenti global : une déception donc pour ma 3ème lecture de Gilles Legardinier. J’ajouterais un léger bémol : il faut dire que les 2 précédentes lectures étaient de beaux coups de cœur. J’avais ri et pleuré. J’attendais donc beaucoup de cette lecture. Trop d’attente font que l’on s’attarde plus sur les aspects négatifs de la lecture. Je ne pourrais pas dire en revanche si j’avais commencé par celui-là, j’aurai continué à lire cet auteur.

Je continuerais tout de même à le lire. Il me manque le 4ème dont la couverture comporte un chat.

Lire ma critique de Demain j’arrête et Et Soudain tout change.

89 mois de Caroline Michel

89 mois par MichelNote : 3/5

Pages : 288

Édition : Préludes

Publication en France : 2016

Ma critique :

Je remercie les éditions Préludes et la plateforme Netgalley pour cette découverte.

89 mois, il lui reste 89 mois avant la limite des 40 ans pour faire un bébé. La fameuse horloge biologique lui fait peur. Jeanne programmait d’avoir un enfant avec Julian mais il l’a plaquée. Alors, elle va le faire toute seule, ce bébé. Elle a déjà trouvé un prénom, Augustine. Elle lui parle déjà, elle est déterminée.

La page de couverture m’a fait penser que le sujet allait être abordé sur le ton d l’humour. Or, même si j’ai ri de temps en temps, le thème est loin d’être évoqué avec légèreté. En effet, c’est vraiment une obsession pour elle, elle y pense en permanence : et pour cela, il faut qu’elle trouve un géniteur. Elle couche avec le premier venu et enchaîne les tests de grossesse pour vérifier que les petits changements en elle signifie bien qu’elle est enceinte. Seulement, cela n’aboutit pas, alors elle continue.

Heureusement, son entourage lui démontre les inconvénients d’une telle démarche : c’est mieux à deux, avoir un enfant c’est une responsabilité difficile à assumer, d’autant plus seule. J’avoue que ces personnages ont crédibilisé le roman. Sans eux, la démarche m’aurait paru triste et dérangeante. Jeanne est sûre d’elle-même, elle a des arguments pour déjouer tous les commentaires négatifs qui lui reviennent aux oreilles et c’est ce qui la rend attachante. Son obsession pour avoir un bébé lui fait écarter tout désir d’être en couple alors qu’elle pourrait être heureuse. Malgré cela, ses amis se marient, ont des enfants et elle se voit toujours seule. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé cette femme forte, tenace et toujours là à tenir face à son entourage.

Alors évidemment, ce livre n’est pas à mettre dans toutes les mains : comme je le disais plus haut, elle couche avec n’importe en ne pensant qu’aux conséquences éventuelles de la maternité mais rien de plus. Il y a des conséquences qui méritent d’être soulignées quand même et j’avoue que j’aurai bien voulu que quelque part soit mentionné le fait que les maladies transmissibles, c’est loin d’être une fiction.

Pour tout dire, même si je me sentais concernée par le sujet (il me reste moins de 89 mois…), je n’ai pas accroché à ce livre : l’humour est inégal tout au long du livre, certains passages sont longs, et parfois son envie de faire un bébé m’a fait penser à un caprice de petite fille et ça, ça m’a passablement énervée.

En bref, un sujet bien contemporain, de l’humour par petites touches, et des situations cocasses, 3 points qui d’habitude font pour moi un bon moment de lecture. Pas cette fois.

Challenge_Ete_2016-250x233