La grimace – Heinrich Böll

Lu dans le cadre du challenge Nobel 2013/2014

C’est mon deuxième livre de Heinrich Boll après  « l’honneur perdu de Katharina Blum » et encore une fois je suis impressionnée par son imagination et son écriture limpide. On croit réellement qu’il a vécu cette histoire, que c’est une histoire vraie.

En fait, il s’agit bien d’une fiction qui se déroule bien après la guerre en Allemagne dans les années 60. Le narrateur, un clown, Hans vient de subir une rupture sentimentale avec Marie. Rupture d’autant plus douloureuse qu’il n’a jamais désirer qu’elle, et qu’il a fait pas mal de concession pour elle. Marie rêvait d’un mariage et une vie placée sous le signe du catholicisme pratiquant, ce dont Hans a refusé. Le contexte de l’époque fait que la « consommation » avant le mariage n’était pas bien vu et que Marie le vivait très mal. Elle fréquente régulièrement les cercles, réunions qui sont organisés régulièrement, pour discuter des problèmes de la société actuelle et de la religion.

Comme je le disais, le style est limpide. Il est très agréable à lire. Pas mal de sujets sont évoqués : la reconversion des anciens collaborateurs passifs vers les œuvres de charité, la religion, les jeunesses allemandes de la fin de la guerre où des très jeunes enfants apprenaient à manier des armes,… C’est assez intéressant de voir le vécu des allemands après la guerre. Heinrich Boll dénonce le climat ambiant : la volonté d’étouffer ce qui s’est passé pendant la guerre, oublier toute responsabilité en s’engageant dans une œuvre de charité et/ou en se tourant davantage vers la religion. Le catholicisme dicte alors la nouvelle morale.

Il y a des références culturelles allemandes qui auraient méritées quelques notes de bas de page. C’est assez perturbant. Par exemple, je ne savais pas qui était Benn. Son nom est cité à un moment donné, a priori le lecteur, donc moi aurait dû comprendre pourquoi il était gênant d’en parler dans ce livre. Je pensais que j’allais finir par comprendre quelques lignes plus tard et puis non. En fait, il s’agit d’un auteur allemand qui était prisé par les nazis et répudié après la guerre. Fallait le savoir.

Bref, une bonne lecture mais pas un coup de cœur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s