Mon père de Grégoire Delacourt

Résumé éditeur :

Mon Père c’est, d’une certaine manière, l’éternelle histoire du père et du fils et donc du bien et du mal. Souvenons-nous d’Abraham.
Je voulais depuis longtemps écrire le mal qu’on fait à un enfant, qui oblige le père à s’interroger sur sa propre éducation. Ainsi, lorsque Édouard découvre celui qui a violenté son fils et le retrouve, a-t-il le droit de franchir les frontières de cette justice qui fait peu de cas des enfants fracassés ? Et quand on sait que le violenteur est un prêtre et que nous sommes dans la tourmente de ces effroyables affaires, dans le silence coupable de l’Église, peut-on continuer de se taire ? Pardonner à un coupable peut-il réparer sa victime ?
Mon Père est un huis clos où s’affrontent un prêtre et un père. Le premier a violé le fils du second. Un face à face qui dure presque trois jours, pendant lesquels les mensonges, les lâchetés et la violence s’affrontent. Où l’on remonte le temps d’avant, le couple des parents qui se délite, le gamin écartelé dont la solitude en fait une proie parfaite pour ces ogres-là. Où l’on assiste à l’histoire millénaire des Fils sacrifiés, qui commence avec celui d’Abraham.
Mon Père est un roman de colère. Et donc d’amour.

Mon avis :

Cela fait quelques semaines que j’ai lu et terminé ce roman. J’avoue avoir été un peu déçue mais j’attendais trop de cette lecture. J’ai été motivée par cette lecture en lisant les avis dithyrambiques récents sur ce livre. Je m’attendais donc à plus, même si l’histoire est très prenante. J’ai mis un certain temps pour écrire cette critique qui sera loin d’être positive.

L’histoire des personnages est dévoilée au fur et à mesure des pages, doucement, trop doucement peut-être. Si bien, que quand j’en ai su un peu plus, c’est un peu tombé à plat. Ce roman racontant l’histoire dramatique d’un père implorant l’église à reconnaître des faits de pédophilie, je me rends compte en rédigeant ces lignes que je suis un peu radicale dans mes propos. L’histoire de ces personnages est lourde, les traumatismes ne peuvent que donner de l’empathie et des émotions sincères, mais je n’ai pas été embarquée plus que cela par le procédé de l’auteur.

Ce que je retiens de ce roman est que la fin est très surprenante. J’ai reposé ce livre avec pleins de questions au final. Généralement, j’aime bien me poser des questions sur les fins un peu frustrantes comme celle-ci mais j’avoue qu’ici, je suis vite passée à autre chose.

Ce fut donc une courte lecture. J’ai vraiment – trop – été influencée par les autres avis et c’est la raison principale pour laquelle je n’ai pas été emballée par la lecture de ce roman. Je n’ai pas été convaincue par l’histoire.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. C’est en lisant L’Enfant réparé que ce livre m’est apparu comme plus intéressant qu’à sa lecture. J’avais bien aimé la fin aussi, mais je n’avais pas retenu grand chose de ce livre, il faut bien l’avouer

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s