La Mésange et l’ogresse de Harold Cobert

 La mésange et l'ogresse par CobertNote : 5/5

Pages : 425

Éditions : Plon

Publication en France : 18 août 2016

Ma critique :

Je tiens à remercier dans un premier temps Netgalley et les éditions Plon pour l’envoi de cet e-book.

Il faut avoir le cœur bien accroché pour se lancer dans ce roman. Malgré tout, le livre est fait de manière à pouvoir revivre l’enquête qui a abouti à l’arrestation du couple Fourniret. Bien que je sache comment ça se termine j’ai eu envie de savoir comment les policiers allaient arriver à les coincer tous les deux.

Monique Fourniret est auditionnée à plusieurs reprises à compter du mois d’août 2003. Très tôt, les policiers vont comprendre que Monique Fourniret n’est pas toute blanche dans l’histoire contrairement à ce qu’elle a envie de faire croire. Malgré tous les faits accablants, Michel et Monique Fourniret ne lâchent rien pensant qu’ainsi, lui, l’ogre pourrait sortir de prison.

Elle, c’est une femme simple, qui ne se rend absolument pas compte de ce qu’elle a fait. Au moment où son mari est arrêté, on n’a pas vraiment l’impression que ça l’étonne et elle va même finir par se plaindre du harcèlement que leur fait subir, non seulement les policiers mais ses voisins également. Elle se plaint notamment que la cantine où elle travaille ne veuille pas la reprendre du fait de la situation de la famille Fourniret. Les médias se sont en effet vite accaparé l’histoire.

Il y a pas mal de scènes d’agression qui sont racontées à la manière d’un rapport de police. Aucun sentiment ou d’émotion n’en découlent et c’est d’autant plus choquant à lire. Heureusement, l’auteur n’entre jamais dans les détails ; il y a tout de même quelques scènes qui ne sont pas expliquées pour laisser l’imagination du lecteur prendre le relais. Mais je reste persuadée qu’on est très loin de pouvoir imaginer tout ce qu’il s’est passé.

Il y a deux passages qui m’ont marquée plus que d’autres :

  • L’enquêteur demande à Monique Fourniret si elle aime son mari. Elle va avoir une réponse mémorable qui résume toute sa personne. C’est à vomir.
  • Le couple parle en code et notamment de « MSP ». On finit par savoir ce que cela signifie à leurs yeux…

En bref, j’ai beaucoup aimé ce livre en dépit du thème très noir… Le roman est très réussi. La pression monte chez les policiers et le lecteur la ressent de son côté aussi. De plus, l’auteur a réalisé un véritable travail pour nous faire rentrer dans la psychologie de ce monstre qu’est Monique Fourniret. Comment une femme peut en arriver à faire ça, à cautionner ça, à avoir vécu ça…. J’ai eu envie de la secouer à plein de reprises.

Il y a eu bien des moments où je me suis dit que jamais je ne pourrais être policière : je ne pourrais jamais avoir la moindre conversation avec ce genre de personne sans lui sauter dessus !

En attendant la sortie du livre le 18 août prochain, il est possible de regarder l’émission « Faites entrer l’accusé » qui parle de l’affaire.

Publicités

4 réflexions sur “La Mésange et l’ogresse de Harold Cobert

  1. Ping : C’est lundi, que lisez-vous ? #29 | Le temps de la lecture

  2. Ping : Bilan du mois d’août 2016 | Le temps de la lecture

  3. Ping : Point challenge Août 2016 | Le temps de la lecture

  4. Ping : Fin du challenge été 2016 – Le temps de la lecture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s